Une belle affiche pour les Dragons !

Regardez ce que j’ai reçu ce matin… Elle est pas belle, cette affiche des Dragons de Venise ? Elle m’accompagnera désormais dans tous mes salons !

Une belle journée de dédicaces à la Foire de Châlons

Ce samedi 11 septembre, j’étais en séance de dédicaces du recueil « 12 » avec trois de mes confrères d’écriture: Didier Noël, Philippe Harant et Brigitte Serouart.
Nous étions installés sur le stand du Département au sein de la Foire de Châlons-en-Champagne.
Nous avons vendu 14 livres au cours de cette belle journée. Nous avons rencontré des Châlonnais qui connaissaient déjà le livre, et d’autres qui le découvraient.
Si vous ne connaissez toujours pas notre beau recueil de nouvelles, vous pouvez toujours en commander auprès de moi ! Et si vous ne connaissez pas la Foire de Châlons je vous invite aussi à y faire un tour ! Une nouvelle séance de dédicaces du recueil aura lieu ce lundi 13 septembre sur le stand des métiers d’art, sous le chapiteau, de 10 à 13h30. Je n’y participerai cependant pas. À très vite !

Les 12 à la Foire de Châlons !

Le collectif Bien livres à Châlons va assurer deux séances de dédicaces sur la Foire de Châlons. D’abord, le mercredi 8 septembre de 14 à 17 heures sur le stand du Sacobri. Puis le samedi 11 septembre de 14 à 18 heures sur le stand du conseil départemental. On vous attend !

Une belle journée littéraire chez Gonzague Saint-Bris !

Retour sur mon dernier salon !
Ce dimanche 29 août, je participais, pour la troisième fois, à la Forêt des livres, à Chanceaux-près-Loches, dans les environs de Tours. Le salon a été renommé « Les écrivains chez Gonzague Saint-Bris » depuis le décès en 2017 de Gonzague Saint-Bris, l’écrivain fondateur de la Forêt des livres.
Ce salon fait partie de ceux qui se déroulent en plein air. Les rues d’un petit village de 125 habitants sont donc une nouvelle fois devenues un centre littéraire national le temps d’un journée !
Je suis reparti très satisfait de mes ventes, et ai pu faire de nouvelles rencontres.
Une nouvelle fois, Les dragons de Venise font la course en tête : Julien, Sylvie, Rémi, Emma et Manon embarquent pour ce voyage dans la cité des doges. Ainsi que Rémie et Julie.
Côté Moogas, je salue Maxime, Laure, Chloé jet Abi, qui se sont lancés. Gabriel a acheté le Mooga mais aussi sa suite, la Jamélienne.
Le recueil 12 n’est pas en reste: il a séduit Marie-Luce, Anne, Stefania et Annick.
Une nouvelle fois, j’étais impressionné par le nombre de célébrités présentes à ce salon. Celui-ci a été inauguré par le romancier Jean-Marie Rouart, membre de l’Académie française. Des figures bien connues sont venues dédicacer leurs livres: la comédienne Anny Duperey, l’acteur Philippe Torreton, le comédien Antoine Duléry, le psychanalyste Boris Cyrulnik, la chanteuse Nicoletta… On pouvait aussi rencontrer le musicien Charlélie Couture. Mais aussi la romancière Adélaïde de Clermont-Tonnerre, les journalistes Nathalie Saint-Cricq et Nathalie Lévy, l’historien Jean Tulard… Ces personnalités se sont réunies pour célébrer les 25 ans de la Forêt des livres autour d’un gâteau symbolique.
Les animations étaient d’ailleurs nombreuses : outre l’allée des écrivains indépendants, la section réservée aux célébrités et l’allée des bouquinistes, on pouvait assister à des conférences au Café littéraire, à du théâtre, avec la pièce « L’amour plus fort que la mort », et son actrice Pierrette Dupoyet, en hommage à Soeur Emmanuelle. Il y avait aussi des remises de prix littéraires, des lectures de poèmes… Un stanfd était consacré à la lutte contre l’illettrisme.
Comme son nom l’indique, ce salon rend hommage à Gonzague Saint-Bris. L’esprit de l’écrivain est toujours bien présent. Ainsi un stand était consacré à la vente de ses livres, et une tente exposant des mots lui rendant hommage avait été dressée.
En somme, c’était une très belle journée et je ne peux que vous recommander ce salon, si vous ne le connaissez pas déjà ! À très bientôt !

Chronique littéraire : « Les terres dissidentes, tome 2. Le soulèvement » de Nastasia Hill

Bonjour à tous ! C’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique littéraire ! Et aujourd’hui on va évoquer ensemble le deuxième tome de la saga « Les Terres dissidentes », intitulé « Le soulèvement ». Je vous avais parlé du premier tome de cette saga, « Sahara », en novembre dernier.
Alors que raconte cette suite ? Après un haletant cliffhanger, ce deuxième tome reprend exactement là où s’arrêtait le premier. Alors que le premier tome installait l’univers et ses personnages, nous avons cette fois affaire à un véritable récit de guerre. Le livre raconte en effet une double guerre : guerre dans la Cité, cette ville souterraine dont est originaire la protagoniste Sahara, et guerre à la surface, les villages s’y trouvant devant faire face à la menace du guerrier Ian. L’ambiance est beaucoup plus sombre que dans le premier livre. Ici, la violence et la mort ne sont plus taboues.
Un récit de guerre. C’est ce que montre bien la couverture, premier point positif que je voulais relever. Celle-ci est éloquente et réussie : on y voit le couple de protagonistes, Sahara et Zach, qui s’enlacent devant un brasier. Le contraste est saisissant  et cette illustration donne une bonne idée de ce qu’on peut trouver dans le livre : leur histoire d’amour sur fond de conflit meurtrier. L’action est continue tout au long du roman -il n’y a quasiment pas de temps mort- et on ressent un vrai sentiment d’évasion à la lecture du récit, qui se lit rapidement. Je verrais bien cette saga adaptée en film, ou sous forme de mini-série.
Quelques bémols cependant. Je pense qu’un résumé du premier tome au début de ce récit, aurait été pertinent. Ainsi qu’un rappel descriptif des personnages. Ayant parcouru ce deuxième tome plusieurs mois après avoir lu le premier, j’étais parfois un peu perdu dans ce récit et dans les liens entre les (trop) nombreux personnages, parfois complexes. En effet, alliances, trahisons et vengeance animent les héros. Je comprends mal le changement de point de vue entre Sahara et Maybelle : je trouve que cela crée une discontinuité dans le récit. Pour moi, l’héroïne du livre reste Sahara. Je pense que la narration aurait pu plus simplement se faire à la troisième personne. Cela aurait aussi ouvert d’autres perspectives pour décrire d’autres scènes simultanées du récit. Par exemple, j’aurais aimé voir davantage le personnage de Ian : il apparaît peu, alors qu’ils s’agit du principal antagoniste du récit.
Globalement, j’ai préféré le premier tome, mais cela ne m’empêchera pas de terminer la lecture de cette saga avec le troisième épisode, intitulé La promesse. En effet, le deuxième tome se termine sur un nouveau cliffhanger !
Très prolifique, Nastasia Hill a déjà publié de nombreux autres ouvrages au cours des derniers mois. Il suffit de taper son nom sur Amazon pour s’en rendre compte !
A très bientôt !

Découvrez « Les douze travaux du bonheur » !

Alors qu’il fête ses 30 ans, William traverse une crise existentielle. Il remet tout en question dans sa vie. Il va devoir passer une série d’épreuves et s’interroger sur la notion du bonheur…La suite est à lire dans ma nouvelle, « Les douze travaux du bonheur », au sein du recueil « 12 », co-écrit avec onze autres écrivains châlonnais. J’ai toujours des exemplaires en stock. N’hésitez pas à venir vers moi pour vous en procurer !Vive l’écriture… Et la lecture !

Bon bilan chez Cultura Hénin-Beaumont

Nouveau bilan de dédicaces !
Cela faisait longtemps que je n’avais pas présenté mes livres dans un magasin Cultura ! Ce mercredi 21 juillet, j’effectuais huit heures de dédicaces au Cultura de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. J’y présentais trois de mes livres: les Dragons, le Mooga et la Jamélienne.
Le bilan de la journée est correct. Les ventes se sont bien partagées entre mes trois livres. Une nouvelle fois, les Dragons arrivent en tête des ventes. J’ai remarqué que la couverture attirait beaucoup les regards (bravo et merci Pascal Quidault !).
Certains clients ont opté pour le Mooga, d’autres pour le diptyque, d’autres pour le Mooga et les Dragons ! Je remercie le magasin Cultura pour m’avoir reçu en plein été, ce qui est plutôt rare.
Je m’accorde à présent une pause estivale dans les dédicaces. Si tout va bien, le prochain rendez-vous avec les lecteurs aura lieu le dimanche 29 août: j’espère bien participer de nouveau aux Ecrivains chez Gonzague Saint-Bris, en Touraine ! À très vite !

Le grand retour du Dormantastique !

Ce week-end des 17 et 18 juillet, j’étais au Dormantastique, à Dormans, dans la Marne.
Et qu’est-ce que ça faisait du bien de retrouver ce festival consacré au fantastique ! L’an dernier, il n’avait pas pu avoir lieu à cause du Covid. Je participe à ce salon quasiment depuis ses débuts. Il n’y a qu’en 2015, lors de la première édition, que je n’y étais pas.
Comme d’habitude, le Dormantastique se déroulait dans le très beau cadre du château de Dormans. Le marché médiéval avait pris place dans la cour et autour du château, tandis que les auteurs étaient installés devant le château ou sous le chapiteau. C’était mon cas.
Pour la première fois, j’ai eu le bonheur de présenter mes quatre livres à la fois : Les dragons de Venise, 12, le Mooga et la Jamélienne. Avec en plus les livres du Héron d’argent, on peut dire que mon stand était bien fourni ! Rien à voir avec ma première participation au Dormantastique, en 2016, où je n’avais qu’un seul livre à présenter !
Plus on a de livres, forcément, plus on a de chances d’augmenter les ventes. J’en ai une nouvelle fois fait l’expérience, puisque j’ai quitté le festival avec 18 livres vendus. Les dragons de Venise ont parfaitement trouvé leur place au festival, puisqu’ils font de loin la course en tête : dix exemplaires ont trouvé preneur. Joachim a été le premier à se lancer. Il était suivi de Brigitte, et de Léo. Je vous présente également Jérôme. Mais il y a eu des retrouvailles, aussi. Voici Morgane, à qui j’avais déjà vendu le Mooga et la Jamélienne au Valjoly’maginaire. Mais aussi Tristan, déjà croisé deux fois à Dormans, et qui s’était lui aussi procuré mes deux premiers livres. Ainsi que Virginie, déjà croisée à Rancennes, dans les Ardennes, et qui a elle aussi déjà découvert le Mooga et la Jamélienne. Les ventes des Dragons se sont poursuivies avec Lancelot, un deuxième Léo, et Nadine.
Les 12 se sont également bien défendus: Audrey et son compagnon ont été mes tout premiers clients du week-end. Michelle a elle aussi voulu savoir ce qui se cachait derrière le nombre 12. Sans oublier Damien et Nathalie.
Mais n’oublions pas mes premières oeuvres, car c’est avec le Mooga et la Jamélienne que tout a commencé: c’est au tour de Chris de découvrir mon diptyque, Philippe a voulu se frotter au Mooga. Lina s’est elle aussi procurée le livre.
Côté animations, le Dormantastique a tenu toutes ses promesses. Les costumes ont apporté une touche médiévale, comme au stand de Brice Deshayes. Les personnages de dessins animés et les mascottes de l’association Les Bulles de poils se sont également baladés entre les stands pour le plus grand bonheur des enfants. La troupe Quinte septime était de retour pour des spectacles d’escrime. Dame Eléonore a proposé des contes. Eric, le magicien dit Miaou, en a intrigué plus d’un avec ses tours de magie. On avait aussi droit à un stand de tatouage, et à de la musique avec le groupe Capitaine Mother folker.
Il n’y avait pas autant d’exposants que lors des précédentes éditions, et il fallait porter les masques: on sentait que c’était l’édition post-Covid, celle de la convalescence. Mais cela restait un très bon moment ! Je remercie l’association La Guilde dormaniste, et sa présidente Virginie Goevelinger pour ce beau week-end !