Une belle journée à Mons

Ce dimanche 9 octobre j’ai mis le cap sur le Belgique en retournant à Mons livre. Ou plus exactement le salon du livre de la Wallonie, puisque c’est son nouveau nom. Je n’étais pas sur mon propre stand, ni sur celui des Editions le Héron d’Argent , mais sur le stand de J. Robin Agency, une agence de communication qui travaille avec le Héron d’argent. J’étais accompagné de deux autres écrivaines, Audrey Weisseldinger et Matty Madiel , que je salue bien !
A trois, nous formions une bonne équipe pour vendre l’ensemble des titres: les livres du Héron d’argent, ainsi que nos propres livres.
En ce qui me concerne, les ventes ont été meilleures que la veille, puisque 9 Dragons ont trouvé leurs nouveaux propriétaires: Nina, Chloé, Marine, Marie, Gérard & Aurélie, Ethan, Thomas, Dom et Julie. Un autre être fantastique a intrigué: le Mooga bien sûr, puisque Julie, Auguste et Yvan se le sont procuré.
Le salon du livre de la Wallonie ne met plus tous ses exposants dans un grand open space. Il est maintenant divisé en différents pôles: bande dessinée, histoire et sciences, polar et thriller, imaginaire, jeunesse… Le forum comptait au total 400 auteurs en dédicace, et de nombreux invités d’honneur comme Victor Dixen, Emma Green, Cédric Sire… Plusieurs conférences étaient également programmées.
Voilà pour ce week-end de dédicaces ! On se retrouve très vite pour de nouvelles aventures !

Fréquentation moindre au salon du livre de Préseau

Ce samedi 8 octobre, j’étais de retour au salon du livre de Préseau, dans les environs de Valenciennes, dans le Nord. Je participe à ce salon depuis sa création. L’événement était comme d’habitude organisé par l’association Préseau patrimoine.
Autant les ventes avaient été très bonnes l’année dernière, autant elles l’étaient nettement moins cette année. Je n’ai pas énormément vendu. Mais je n’étais pas le seul à avoir remarqué que le salon était moins fréquenté que les autres années…
Parmi mes rencontres, saluons Céline qui m’a fait un triplé en m’achetant mes trois romans ! J’ai également revu Thomas, qui m’avait acheté le Mooga l’an dernier, et qui a cette fois pris sa suite, la Jamélienne ! Quant à Caroline et Claire, ainsi que Camille, elles se sont emparé des Dragons.
Le salon était marqué par une exposition originale: réalisée par les écoles Jules-Verne et Sainte-Thérèse de la commune, elle mettait en scène des arbres artificiels sur lesquels étaient affichés des poèmes. Il y a toujours des animations au salon du livre de Préseau ! Merci à l’organisateur Yves Durlin pour cette journée. Je lui ai d’ores et déjà dit à l’année prochaine !

Une belle journée de ventes à Esternay

Ce dimanche 2 octobre, j’étais à la 11e édition de la Fête du livre d’Esternay, dans la Marne. J’avais déjà participé à cet événement par le passé.
J’ai eu la bonne surprise de voir que le salon était bien fréquenté dès son ouverture, ce qui m’a permis de vendre rapidement mes premiers livres. Les ventes ont été correctes sur la journée. Et une nouvelle fois, les Dragons font la course en tête: je salue mes nouveaux lecteurs Sixtine, Jeanne & Marilou, Romane, Sylvie et Mathéo. J’ai pu revoir Dany, qui m’avait acheté le Mooga il y a quelques années et qui s’est cette fois procuré la suite, la Jamélienne ! Elle a aussi acheté les 12 à Noël.
Cette année, l’invité d’honneur était l’écrivain Frédérick d’Onaglia. La Fête du livre était agrémentée de quelques animations, comme des lectures d’histoires pour les enfants avec Corinne Raspic, de l’association Zick’envol.
On doit la Fête du livre d’Esternay à l’auteur Jean-François Maillet, qui organise l’événement avec la mairie et le Foyer rural d’éducation populaire d’Esternay (Frepe).
On se retrouve le week-end prochain pour de nouvelles dédicaces !

Une belle réussite pour le premier salon du livre de Fagnières !

Ce week-end des 24 et 25 septembre, j’étais au premier salon du livre d’automne de Fagnières, près de Châlons-en-Champagne.
Et pour une première, ce salon était une réussite ! Le public était au rendez-vous et l’organisation impeccable.
En ce qui me concerne, ce fut un très beau week-end, puisque j’ai vendu 16 livres, et même 20 si j’inclus ceux du Héron d’argent dont je ne suis pas l’auteur. Les Dragons constituent à eux seuls la moitié des ventes puisque dix exemplaires ont trouvé de nouveaux acquéreurs !
Du côté des exposants, si la plupart étaient de la région, on notait toutefois la présence de l’acteur Thierry de Carbonnières, connu pour avoir joué dans la série Plus belle la vie.
Côté animations, on avait droit samedi soir au concert de slam de l’artiste lyonnais Eurêka, dont les scénettes se distinguent par ses twists, c’est-à-dire une chute finale surprenante qui fait voir l’ensemble du poème autrement. Les enfants ont également pu profiter d’un atelier dessin avec l’illustratrice châlonnaise Lolita, et l’association La Fée ludique proposait ses jeux de société.
Je félicite Magalie Moulanier pour l’organisation de ce salon et pour sûr, je serai de la partie l’an prochain !
À très vite pour de nouvelles dédicaces !

Des dédicaces (presque) en Argonne à la Foire de Châlons !

Ce mardi 6 septembre, j’étais à la Foire de Châlons-en-Champagne pour dédicacer mes livres au stand de l’Argonne. J’y avais été invité par le bouquiniste Jean Maigret.
C’était donc une animation littéraire sur un stand qui comprenait aussi de la gastronomie, de la couture… N’étant pas dans un salon du livre, je n’ai pas énormément vendu mais j’ai quand même fait de jolies rencontres, notamment parmi mes voisins de table: l’écrivain historien Alain Di Rocco, auteur notamment de « L’histoire méconnue de nos régions », et Bernard Combe, auteur du « Canard marseillais » et… père du ministre Jean-Christophe Combe !
Voici quelques photos de la journée. A très vite !

Chronique littéraire: « Lamia » de Thomas Thilliez

Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui, on va parler du livre Lamia de Thomas Thilliez.
J’avais rencontré Thomas Thilliez au salon du livre de Malo-les-Bains, à Dunkerque, en avril. C’était mon voisin d’en face, et je n’avais pas pu m’empêcher d’acheter son livre, dont l’histoire me faisait un peu penser à celle d’un de mes romans, La malédiction du Mooga.
Alors que raconte ce livre ? Lamia met en scène trois adolescents vivant dans un petit village dans lequel surviennent des meurtres aussi étranges que violents. Et un monstre, dans le sens propre du terme, rôde autour du personnage principal, Théo.
Mon avis sur le livre ? Je suis un peu partagé. J’ai été attiré par l’histoire: des jeunes confrontés au surnaturel et à une malédiction. J’ai trouvé le pitch de l’ouvrage alléchant mais ai été un peu déçu par son traitement. Le livre se lit facilement, mais j’ai trouvé que l’écriture manquait d’émotions et de suspense, et j’ai eu du mal à faire le lien entre l’ambiance générale du début du livre, qui fait un peu penser à un récit de vacances, et le virage fantastique et policier. J’aurais aimé également avoir davantage d’explications sur les monstres surnaturels : le côté énigmatique, bien que nécessaire dans ce type de récit, m’a laissé sur ma faim.
En dehors du côté fantastique, le livre s’avère assez réaliste sur les préoccupation des adolescents, leurs émois, leurs découvertes… On peut donc, quelque part, s’identifier assez facilement aux protagonistes. À noter : bien que le livre mette en scène des adolescents, il ne faut pas se méprendre : ce n’est pas un livre pour les plus jeunes !
À très vite pour reparler de livres !

Un nouveau beau retour sur les Dragons de Venise !

Commentaire de Péroline sur le site du Héron d’argent le 30 juillet 2022:
« Merveilleuse aventure fantastique au sein de la belle Venise bien détaillée comme si on y était.
Durant l’histoire exaltante parmi les dragons, sirènes et licornes, j’ai eu l’impression de vivre l’aventure aux côtés des héros.
J’ai adoré lire ce livre, qui sait peut-être qu’un jour j’irai découvrir cette jolie ville en espérant secrètement y trouver des animaux imaginaires merveilleux et protecteurs de ce beau patrimoine.
Merci pour cette belle aventure et découverte. »

Un septième Dormantastique sous la canicule

C’est sous une chaleur accablante que s’est déroulée la septième édition du Dormantastique, ce week-end des 23 et 24 juillet. L’événement est toujours organisé par la Guilde dormaniste, et sa présidente Virginie Goevelinger. Je suis un fidèle de ce festival quasiment depuis ses débuts, puisque j’y participe depuis 2016.
Le Dormantastique, qui se déroule toujours dans et autour du château de Dormans, est désormais bien inscrit dans les événements littéraires et festifs de la région.
La fréquentation était bonne, bien qu’un peu faible le samedi matin. J’ai commencé à réellement vendre à partir de samedi après-midi. J’ai pu vendre chacun de mes ouvrages, du Mooga jusqu’aux « 12 à Noël ». Le week-end a été marqué par plusieurs retrouvailles avec des lecteurs rencontrés il y a plusieurs années, comme Aurélien, Lina et Péroline, qui se reconnaîtront !
On le sait, le Dormantastique est loin de n’être qu’un salon du livre. Il représente le médiéval et le fantastique sous toutes ses formes. Outre l’habituel marché des artisans, il était possible de se promener à poney ou en calèche. Le clan d’Ivar, association de reconstitution scandinave médiévale, a donné des conférences et proposé une démonstration de bataille avec des enfants. L’association Quinte Septime était de retour pour des combats d’escrime théâtralisés. La musique n’était pas oubliée avec les concerts de Pagan Noz et Topraq samedi soir, et celui de Coralie Royer dimanche. Sans oublier les drôles de personnages croisés dans les allées… J’aurais bien aimé voir le spectacle pyrotechnique des Potes aux Feux, qui portent bien leur nom !
Prochain rendez-vous de la Guilde dormaniste : son salon du livre généraliste, en avril. Je compte évidemment m’y inscrire !
À présent, je m’accorde une pause dans les salons et vous retrouve à la rentrée pour de nouvelles dédicaces. En attendant, on continuera à réfléchir autour du livre avec de nouvelles chroniques !
À bientôt et… Soyez heureux !

Qu’est-ce qu’un héros ?

Bonjour à tous, c’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique ! Et aujourd’hui, on va tenter de répondre à la question suivante: « Qu’est-ce qu’un héros » ?
On assimile souvent le protagoniste d’un récit au héros. Pourtant, ce n’est pas la même chose. On peut avoir avoir un personnage principal qui n’est pas un héros, et inversement. Un héros, c’est un personnage qui présente des qualités extraordinaires, qui accomplit des exploits, qui sauve des vies… Or, le personnage principal d’un récit peut être un personnage tout à fait ordinaire qui doit faire face à des événements inattendus.
Dans La malédiction du Mooga, j’aurais tendance à dire que c’est Rogdan le héros (malgré le fait qu’il ne fasse que de courtes apparitions), tandis que John, bien qu’il soit le narrateur et personnage principal, subit les événements. Dans Les dragons de Venise, je désignerais Francesco comme le héros, tandis que Carlo, le protagoniste, essaie d’en devenir un.
Mais au fait, quelle est la différence avec un super héros ? C’est encore un autre cas. Là, on parle d’un personnage fantastique aux pouvoirs surhumains. Dans La malédiction du Mooga, Rogdan est doté de pouvoirs magiques. Mais je ne le considère pas comme un super héros, terme qui pour moi est plutôt réservé aux comics. De plus, le super héros a souvent une double identité: celle d’un individu normal, et celle, secrète, de super héros. Comme Clark Kent dans Superman.
Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelle est selon vous la définition du héros ? J’attends vos commentaires ! Soyez heureux !

Il n’y a pas d’heure pour vendre des livres à Esquelbecq !

Ce samedi 2 juillet, j’étais de retour dans le Nord pour participer à la Nuit des livres, à Esquelbecq, dans les environs de Dunkerque. Ce salon a la particularité de commencer l’après-midi pour se prolonger tard en soirée. Des tentes étaient installées en plein air, sur la place Bergerot de la commune, pour la tenue de l’événement. Officiellement, le salon durait jusqu’à minuit, mais les exposants avaient levé le camp à 22h30.
En termes de ventes, ma participation a été bien plus fructueuse qu’il y a trois ans, lors de ma première venue. J’ai vendu pas mal de Dragons, ainsi que des Moogas. Et comme toujours, j’ai pu retrouver mes collègues exposants habituels: décidément, nous sommes une petite famille !
Hormis les auteurs, des stands de bouquinistes étaient présentés, il y avait aussi des conférences, ainsi que plusieurs animations autour du livre: des ateliers d’écriture, de la lecture musicale…
Bravo et merci à l’association Esquelbecq village du livre pour cette journée / soirée ! Et à l’année prochaine sans doute !