Chronique littéraire: « Le Graal de l’inframonde » de Vanessa et Diana Callico

Bonjour à tous ! C’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique littéraire !
Et aujourd’hui on va évoquer ensemble « Le Graal de l’inframonde » de Diana et Vanessa Callico. C’est le deuxième tome de la saga « Les sept portes de l’apocalypse », publiée chez le Héron d’argent.
Alors que raconte ce livre ? Après avoir été transportée à l’époque de Vlad Drakul dans le premier tome, Eva, cette étudiante qui prépare une thèse sur le thème de l’apocalypse, se retrouve cette fois au début du XVIe siècle, en 1519 , au moment de la conquête de l’empire aztèque par l’Espagnol Hernan Cortes. Cette fois, Eva s’est réincarnée dans le corps d’une prêtresse aztèque. Sa mission, en tant que messagère de l’Apocalypse, est de trouver les cavaliers de l’apocalypse dans ce nouveau temps.
La couverture est très réussie : on y voit Eva, réincarnée dans son nouveau corps, au milieu d’une vallée de l’empire aztèque. La couverture de Matthieu Coudray, très riche, reprend les principaux symboles et enjeux du livre : les papillons, le Codex des destins, l’oiseau sacré… L’illustration joue habilement sur les couleurs et les contrastes.
Ce deuxième tome s’inscrit parfaitement dans la lignée du premier : c’est un livre très ambitieux et mystique. La visite d’une nouvelle époque est l’occasion de continuer à développer le potentiel scénaristique abordé dans le premier tome. Il y a tant de choses à dire sur l’apocalypse ! Et le contexte de la conquête de l’empire aztèque par Cortes s’y prête parfaitement. Comme dans le premier tome, le livre met en scène le choc entre deux civilisations. En effet, l’empire aztèque était, en 1519, en Amérique centrale, au sommet de son épanouissement culturel, politique et artistique. Et il n’a fallu que deux ans à Hernan Cortes pour mettre fin à cette civilisation vieille de plusieurs siècles. Je dirais donc que ce livre a un côté réaliste puisqu’il montre la violence de la conquête et de la colonisation. Le livre n’occulte pas que l’arrivée des Espagnols s’est accompagnée de massacres à grande échelle. De ce fait, attention : certaines scènes sont très explicites, ce n’est pas un roman à mettre entre les mains des plus jeunes !
Si le livre aborde toujours autant le fantastique (nous y reviendrons), il est réaliste aussi parce qu’il met en scène des personnages et des lieux ayant réellement existé : le conquistador Hernan Cortes bien sûr, mais aussi un autre, Narvaez, l’empereur Moctezuma, le gouverneur de Cuba Diego Velasquez… Le récit évoque également les dieux de la religion aztèque comme Tezcatlipoca ou Quetzacoatl. Là encore, toutes ces références témoignent d’un important travail de documentation de la part des auteures. Ce que je ne peux que saluer.
Côté fantastique, maintenant. On retrouve les fondamentaux de la saga : la réincarnation et le voyage dans le temps. Mais aussi des animaux parlants, des malédictions divines, le thème de l’immortalité… Tout cela est articulé autour du mythe de la quête du Graal. La quête du Graal est abordée par les personnages dans les deux époques mises parallèlement en scène : le XVIe siècle et l’époque contemporaine. Là encore, j’ai envie de dire que le fantastique ne sort pas de nulle part : il repose sur des réinterprétations de cultures et de croyances.
C’est donc un livre très riche, très dense, avec beaucoup d’informations. J’ai remarqué qu’Eva et Vlad Drakul étaient moins présents dans ce deuxième tome. Mais je pense que, vu le potentiel scénaristique, il était difficile de mettre en scène tous les personnages et toutes les époques de façon parfaitement équitable. Dès lors, la nécessité d’un troisième tome s’impose. Et c’est chose faite puisque la saga continue dans L’Arche du Ragnarok : dans ce nouvel épisode, Eva et Vlad Drakul se retrouvent transportés au 8e siècle au temps des Vikings et de Charlemagne ! Cela promet !
À bientôt !

Très belle séance de dédicaces pour mon retour au Carrefour de Château-Thierry !

Après deux passages en 2017 et en 2018, je faisais ce samedi 19 juin mon retour au Carrefour de Château-Thierry !
Je commencerai par remercier le personnel pour son accueil et pour le beau décor qu’il avait préparé. En effet, j’ai eu droit à deux superbes affiches près de ma table de dédicaces. De plus, un vrai travail d’illustration sur les thèmes de mon dernier livre avait été effectué, avec l’installation d’images de dragons et de gondoles vénitiennes glissant sur l’eau.
Avec ces nouvelles séances de dédicaces et la parution des Dragons de Venise, j’ai le sentiment c’est une nouvelle ère qui s’ouvre: en effet, ma bibliographie s’enrichissant, les clients ont désormais le choix entre plusieurs livres. Aujourd’hui, je présentais Le Mooga, La Jamélienne et les Dragons de Venise. Ce samedi, la majorité des clients étaient plus intrigués par Les dragons de Venise: Marjolaine, Adrien, Nathalie, Laura, Monique… Tandis que d’autres ont préféré opter pour le Mooga et la Jamélienne, qu’ils ont acheté ensemble. Mention spéciale à Philippe, qui est lui reparti avec les trois livres ! Au final, j’ai fait de bien belles ventes avec 13 livres dédicacés.
J’ai même eu droit au passage d’un correspondant de L’Union pour un article, à paraître ces jours-ci dans l’édition Soissons/Château-Thierry.
Ça fait du bien une séance de dédicaces comme ça ! À très vite !

Les Dragons se vendent bien !

La journée de dédicaces de samedi dernier était aussi l’occasion de présenter Les Dragons de Venise à la Librairie du Mau. Là encore, j’ai eu de belles ventes, puisque tous les livres que j’avais à ma disposition ont été vendus. Merci aux futurs lecteurs, j’ai hâte d’avoir votre retour !

Nous avons présenté nos douze nouvelles au public !

Ce samedi 12 juin 2021 était un grand jour !
C’est ce jour que « 12 », le livre de notre collectif Bien livre à Châlons, est sorti.
Et son existence a démarré sur les chapeaux de roue, puisque nous le dédicacions à la fois à la librairie du Mau de Châlons et au Leclerc de Fagnières. Les ventes ? Tout simplement excellentes, puisque nous avons terminé la journée avec 170 livres vendus ! Pour la première fois, je présentais un livre accompagné d’autres écrivains, ce qui créait un véritable engouement collectif. Nous nous complétions les uns les autres pour présenter le recueil, les clients ont défilé aux stands et les dédicaces se sont enchaînées. Nous avons carrément épuisé notre stock de 60 livres au Leclerc de Fagnières !
Je ne peux que remercier Didier Noel, qui est à l’origine du projet, ainsi que tous les autres écrivains du collectif, pour ce beau travail d’équipe. Sans oublier l’accueil et la générosité de la Librairie du Mau et du Leclerc de Fagnières. Merci aussi à Lolita pour l’illustration de couverture.
Voici les multiples photos souvenir de cette magnifique journée, lors de laquelle j’ai pu dédicacer le livre à de nombreuses connaissances. Chaque lecteur a pu repartir avec quatre à six dédicaces sur son livre.
Et ce n’est que le début de l’aventure ! N’oubliez pas que vous pouvez à tout moment me commander le livre pour y découvrir ma nouvelle, « Les douze travaux du bonheur », ainsi que toutes les autres du collectif Bien livres à Châlons ! Pour rappel, les bénéfices seront reversés à des associations caritatives. Bonne lecture ! Soyez heureux et vivent les livres !

J-1 avant la parution du recueil « 12 » !

J-1 ! La parution de « 12 », le recueil de nouvelles de notre collectif Bien livres à Châlons, c’est demain, samedi 12 juin ! La plupart des écrivains seront présents pour dédicacer l’ouvrage, de 10 à 19 heures à la librairie du Mau de Chalons-en-Champagne et au Leclerc de Fagnières ! Venez découvrir ce recueil hétéroclite que nous préparons depuis plusieurs mois et repartez avec un exemplaire dédicacé ! Venez découvrir tout ce que nous avons brodé autour du nombre 12 !
C’est une belle aventure littéraire qui commence !

J-3 avant la sortie du recueil « 12 » !

J-3 ! Le collectif d’écrivains châlonnais Bien livres Châlons, dont je fais partie, présentera son livre samedi toute la journée à la librairie du Mau de Châlons-en-Champagne ! Découvrez douze nouvelles sur le thème du nombre 12, décliné à toutes les sauces selon l’inspiration de chacun. À ne pas manquer ! !

Mon avis sur « Pandorini » de Florence Porcel

Bonjour à tous ! C’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique littéraire !
Et aujourd’hui on va parler d’un livre sorti il y a peu : le roman Pandorini de Florence Porcel.
Que raconte ce livre ? Cet ouvrage évoque Pandorini, grand acteur et personnalité incontournable du cinéma français, qui vient de mourir. Alors que le monde médiatique lui rend hommage, une femme se souvient de sa relation avec le comédien, qu’elle avait rencontré 14 ans auparavant, lorsqu’elle était âgée de 19 ans. Ce livre raconte comment la protagoniste, sous le charme de l’acteur, s’est retrouvée sous son emprise alors qu’elle croyait vivre une histoire d’amour. Le récit se présente sous la forme d’allers-retours entre le présent et les souvenirs de la protagoniste. Florence Porcel ne l’a pas caché : ce récit, bien que scénarisé, présente un caractère autobiographique.
Les points positifs ? L’écriture est fluide, le sujet intéressant, beaucoup d’humanité se dégage de l’écriture. C’est une démarche courageuse de la part d’une écrivaine qui avait besoin d’exorciser.
Les points négatifs ? Je reste globalement sur ma faim. J’ai eu l’impression que le thème central, à savoir la notion de manipulation et d’emprise, et le mécanisme psychologique qui va avec, n’a été que partiellement abordé. Peut-être par pudeur ? Mais n’est-ce pas contradictoire avec la démarche ? Je trouve que le récit traîne un peu trop sur certains passages et a contrario, passe un peu vite sur des scènes qui auraient dû être plus essentielles pour la compréhension de la souffrance de la victime : la rencontre avec Pandorini, les échanges avec l‘acteur… De plus, je trouve que le récit se termine un peu vite et de façon un peu trop simpliste.
Florence Porcel a déjà publié plusieurs ouvrages complètement différents : des livres de vulgarisation scientifique.
Voilà pour cette chronique littéraire ! A bientôt !

Des extraits de ma nouvelle sur Radio Mau Nau !

Ce jeudi 3 juin, j’étais interviewé par la radio châlonnaise Radio Mau Nau à propos du recueil « 12 ». Il s’agissait d’une interview croisée puisque ma collègue d’écriture Brigitte Serouart était elle aussi de la partie. Nous avons chacun lu un extrait de nos nouvelles respectives. L’entretien sera à découvrir la semaine prochaine. La sortie du recueil avance à grands pas ! Rendez-vous le 12 juin pour découvrir « Les douze travaux du bonheur » et toutes les autres nouvelles de notre collectif d’écrivains !

Le grand retour des dédicaces à Vitry-le-François !

Ce samedi 29 mai était un jour très spécial. En effet, cette date marquait le retour de mes rencontres avec le public, alors que je n’avais pu faire aucune dédicace publique depuis fin octobre. Et cela se passait à la librairie La Cédille de Vitry-le-François !
De plus, c’était la première fois que je présentais Les Dragons de Venise aux lecteurs. J’en ai également profité pour exposer La malédiction du Mooga et La Jamélienne. J’avais donc trois livres à présenter !
J’ai été très bien accueilli par le personnel de l’établissement, dans lequel je m’étais déjà rendu en 2018.
Louisa a découvert La Malédiction du Mooga, Gabrielle a été intriguée par Les Dragons de Venise, et Eve a aussi été séduite par ma dernière oeuvre.
Je remercie tout particulièrement David Vergnault, le gérant de la librairie, pour son accueil.
Ce n’était sans doute pas la dernière fois que je me rendais dans cette librairie !