Chronique cinéma: « Avatar, la voie de l’eau »

Bonjour à tous !
C’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique cinéma ! Et aujourd’hui on va parler d’un film que je suis allé voir dès sa sortie : Avatar, la voie de l’eau.
Comme vous le savez, il s’agit de la suite du film Avatar sorti en 2009, un long-métrage qui avait révolutionné les effets spéciaux au cinéma. Voici donc le deuxième opus 13 ans plus tard.
Alors de quoi ça parle ? Dans le premier épisode, on découvrait les Na’vis, cette espèce d’humanoïdes bleus de trois mètres, dans la jungle de la planète Pandora.  Cette fois, on découvre la vie de ce peuple dans l’eau, d’où le titre du long-métrage.
J’ai passé un bon moment devant ce film.
Le fait d’explorer la vie des Na’vis dans le milieu aquatique donne lieu à de nouvelles et très belles images. Les effets spéciaux sont toujours aussi réussis, peut-être même meilleurs. On a du mal à croire que ce sont de vrais acteurs derrière les personnages en images de synthèse. La cohabitation entre les images de Na’vis et les acteurs n’ayant pas été « transformés » passe très bien. Bref, c’est du grand spectacle et le film n’est pas signé James Cameron pour rien !
En revanche, j’ai trouvé le scénario très classique pour une suite : il s’agit, ici, d’une banale histoire de vengeance. Ce qui me fait dire qu’une suite n’était pas forcément utile.
Certains passages, notamment dans la dernière partie, ressemblent à des scènes d’action ordinaires, ce qui gâche un peu la magie du long-métrage qui et avant tout un film de fantastique.
Même si ce film est réussi -je le recommande pour toute la famille- je suis un peu inquiet face à l’annonce d’un Avatar 3, 4 et même 5. Je l’ai toujours dit : trop de suites ternissent l’œuvre originelle. Avec une aussi longue saga, il y a bien un risque d’usure, de perte de qualité des films, et donc de lassitude chez le spectateur.
Voilà pour cette chronique cinéma ! Je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures fantastiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *