Gros plan sur le cosplay

Bonjour à tous, c’est l’heure de se retrouver pour la nouvelle chronique de la semaine ! Et cette semaine, on va parler du cosplay.
Cela faisait longtemps que je voulais faire une chronique sur ce sujet, et la fête d’Halloween qui vient de se dérouler m’a convaincu que c’était le bon moment !
Alors qu’est-ce que le cosplay ? Pour comprendre ce qu’est le cosplay, il faut d’abord le différencier de deux autres concepts : les déguisements et les costumes.
Se déguiser, c’est dissimuler son identité, donner l’impression d’être quelqu’un d’autre par une imitation grossière. Cela tient plus de l’accoutrement et il s’agit le plus souvent de faire rire ou de provoquer. Le déguisement mise sur la caricature, et se porte lors d’occasions festives. Exemple classique : un homme qui se déguise en femme.
Se costumer, c’est plus sérieux : il s’agit d’un habillement réel. Les vêtements et accessoires portés lorsqu’on est costumé font référence à une classe sociale, une tradition, un événement historique… Il n’est pas question de faire rire, mais de représenter de façon réaliste. Et au contraire des déguisements, le but n’est pas ici de dissimuler son identité. Un bon exemple, c’est celui des confréries, les costumes étant souvent portés lors de cérémonies ou de reconstitutions historiques. Il ne faut donc déjà pas confondre ces deux termes.
Le cosplay est un mot récent qui résulte de la contraction des termes « costume » et « playing ». Il n’a quant à lui rien à voir avec le fait de se déguiser ou de se costumer : c’est bien plus que cela. Dites à un cosplayer qu’il est déguisé et vous allez créer à coup sûr un incident diplomatique ! « Parler de déguisement est péjoratif et infantilisant », m’expliquaient un jour des membres de l’association Cosplay Ardennes. Mais pourquoi ?
Parce que le cosplay demande une grande implication du cosplayer. C’est quelque chose de très travaillé puisqu’il s’agit de représenter très fidèlement un personnage de fiction dans les moindres détails physiques, via la tenue, mais aussi le maquillage, la coiffure… De plus, quand on fait du cosplay, on incarne le personnage par son attitude : on reproduit sa façon de s’exprimer, de se déplacer… C’est donc comparable à un jeu d’acteur. Bref, on devient le personnage en lui donnant vie. Un cosplayer est vraiment quelqu’un de passionné.
Où trouve-t-on des cosplayers ? Le cosplay est une pratique née aux Etats-Unis. Elle a explosé dans les années 70 et 80 au moment de la sortie de films comme Star wars ou Star Trek. Le cosplay est également très répandu au Japon. Dans ce pays se tient même une convention mondiale annuelle, le World cosplay summit : tous les cosplayers du monde s’y réunissent pour une compétition où les meilleurs sont récompensés. Le cosplay se pratique aussi en Europe : il progresse depuis quelques années sur le vieux continent. Pour preuve, j’ai rencontré beaucoup de cosplayers lors de salons du fantastique comme Trolls et légendes à Mons, les Geek days de Lille, et dernièrement le Valjoly’maginaire.
Mais que représentent les cosplayers ? Le plus souvent, ils jouent des personnages populaires de la pop culture, de mangas, de jeux vidéos, de films ou de séries TV de science-fiction. Il peut s’agir d’un personnage connu, comme Spiderman, Dark Vador, Sangoku de Dragon ball Z, ou encore un personnage du film Avatar (photo ci-dessus). Ou alors, d’un personnage totalement inventé, mais c’est chose moins fréquente.
D’où viennent les tenues de cosplay ? Il existe nombre de boutiques, ou de sites en ligne où on peut s’en procurer. Les cosplayers peuvent aussi fabriquer leur propre tenue, à condition d’être patient… Comme vous l’avez compris, représenter le personnage voulu peut en effet demander des heures de préparation.
Et moi dans tout ça, quel est mon rapport au cosplay ? Vous avez pu le voir : lors de la dernière édition du Valjoly’maginaire, je portais un masque terrifiant et une cape noire ensanglantée. Alors, déguisement, costume ou cosplay ? Je dirais que cela tenait plus du costume, puisque le but n’était pas de faire rire, mais je ne cherchais pas non plus à incarner un personnage particulier. Avec mes romans, j’aurais pourtant de quoi faire : je pourrais me convertir en cosplayer de Mooga ou de dragon… Mais je n’ai jamais vraiment pensé à devenir cosplayer, parce que cela demanderait beaucoup de travail et que la priorité reste la vente de mes livres. Devenir cosplayer signifierait passer pas mal de temps à déambuler dans les salons, à être pris en photo, à jouer le personnage etc. Or, j’ai un stand à tenir !
Voilà pour cette chronique sur le cosplay ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires sous cette vidéo, quant à moi je vous retrouve le week-end prochain pour de nouvelles dédicaces ! À très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *