Chronique littéraire : « Les terres dissidentes, tome 2. Le soulèvement » de Nastasia Hill

Bonjour à tous ! C’est l’heure de se retrouver pour une nouvelle chronique littéraire ! Et aujourd’hui on va évoquer ensemble le deuxième tome de la saga « Les Terres dissidentes », intitulé « Le soulèvement ». Je vous avais parlé du premier tome de cette saga, « Sahara », en novembre dernier.
Alors que raconte cette suite ? Après un haletant cliffhanger, ce deuxième tome reprend exactement là où s’arrêtait le premier. Alors que le premier tome installait l’univers et ses personnages, nous avons cette fois affaire à un véritable récit de guerre. Le livre raconte en effet une double guerre : guerre dans la Cité, cette ville souterraine dont est originaire la protagoniste Sahara, et guerre à la surface, les villages s’y trouvant devant faire face à la menace du guerrier Ian. L’ambiance est beaucoup plus sombre que dans le premier livre. Ici, la violence et la mort ne sont plus taboues.
Un récit de guerre. C’est ce que montre bien la couverture, premier point positif que je voulais relever. Celle-ci est éloquente et réussie : on y voit le couple de protagonistes, Sahara et Zach, qui s’enlacent devant un brasier. Le contraste est saisissant  et cette illustration donne une bonne idée de ce qu’on peut trouver dans le livre : leur histoire d’amour sur fond de conflit meurtrier. L’action est continue tout au long du roman -il n’y a quasiment pas de temps mort- et on ressent un vrai sentiment d’évasion à la lecture du récit, qui se lit rapidement. Je verrais bien cette saga adaptée en film, ou sous forme de mini-série.
Quelques bémols cependant. Je pense qu’un résumé du premier tome au début de ce récit, aurait été pertinent. Ainsi qu’un rappel descriptif des personnages. Ayant parcouru ce deuxième tome plusieurs mois après avoir lu le premier, j’étais parfois un peu perdu dans ce récit et dans les liens entre les (trop) nombreux personnages, parfois complexes. En effet, alliances, trahisons et vengeance animent les héros. Je comprends mal le changement de point de vue entre Sahara et Maybelle : je trouve que cela crée une discontinuité dans le récit. Pour moi, l’héroïne du livre reste Sahara. Je pense que la narration aurait pu plus simplement se faire à la troisième personne. Cela aurait aussi ouvert d’autres perspectives pour décrire d’autres scènes simultanées du récit. Par exemple, j’aurais aimé voir davantage le personnage de Ian : il apparaît peu, alors qu’ils s’agit du principal antagoniste du récit.
Globalement, j’ai préféré le premier tome, mais cela ne m’empêchera pas de terminer la lecture de cette saga avec le troisième épisode, intitulé La promesse. En effet, le deuxième tome se termine sur un nouveau cliffhanger !
Très prolifique, Nastasia Hill a déjà publié de nombreux autres ouvrages au cours des derniers mois. Il suffit de taper son nom sur Amazon pour s’en rendre compte !
A très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *