Quel langage pour mes romans ?

Chronique de la semaine !Aujourd’hui, dans la continuité de la chronique précédente, on va parler du langage. Un cours de français qui date de la sixième me revient en tête au moment où j’écris ces lignes: une leçon sur les registres. Ma professeure de français de l’époque nous avait expliqué qu’il existait trois registres : le registre courant, le langage soutenu et le langage familier.Quel langage employer dans mes romans ? Je ne me suis jamais vraiment posé cette question en fait. Je pense pouvoir dire que j’écris comme je parle, donc en langage courant. Je n’ai pas écrit mes romans avec un dictionnaire à mes côtés ( à part peut-être pour vérifier le sens de certains termes) ! Le langage courant sied bien aux romans fantastiques.Pour moi, le langage soutenu a plus sa place dans les romans à caractère historique. En parlant de roman historique, comme j’ai eu l’occasion de l’expliquer, mon prochain roman, « Les dragons de Venise », aura un côté historique puisqu’il mettra en scène Venise au Moyen-Age. Là, je me suis vraiment posé la question du langage : devais-je vraiment utiliser le langage de nos ancêtres ? Devais-je les faire parler comme ils parlaient à l’époque ? J’y ai finalement renoncé, parce que cela aurait demandé un trop grand travail de recherche, et aussi pour laisser le roman accessible. Par contre, j’ai veillé à ne pas faire d’anachronismes, c’est-à-dire à ne pas évoquer de choses qui n’existaient pas à l’époque. Je n’allais pas les faire parler de Blu-ray et d’Instagram ! Il était important de respecter le contexte.Je pense aussi que le langage soutenu est approprié pour le théâtre ou les poèmes.Et le langage familier, voire vulgaire ? Tout le monde emploie un langage familier ou vulgaire dans la vie de tous les jours. J’aurais donc tendance à dire que cela rend les personnages d’un livre plus vivants, plus crédibles, plus humains. Cela communique davantage d’émotions au lecteur. Mais quand les vulgarités sont trop nombreuses et gratuites, je trouve cela pus rebutant qu’autre chose.Et vous, quelle est votre opinion sur le sujet ? N’hésitez pas à réagir ! A la semaine prochaine pour une nouvelle chronique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *