Mes réflexions sur les pseudonymes

Chronique de la semaine !
Aujourd’hui, on va parler des pseudonymes.
Certains écrivains choisissent de ne pas publier leur livre sous leur vrai nom. Pourquoi ? D’abord, il peut s’agir d’une part de personnes qui veulent garder leur identité secrète, dans un souci de protéger leur vie privée, et se sentir plus libre. Lewis Caroll s’appelait en réalité Charles Lutdwidge Dodgson ! Voltaire François-Marie Arouet… Ensuite, certains se choisissent un nom de plume qui correspond mieux à l’image d’artiste qu’ils veulent véhiculer, en allant au-delà de leur simple nom civil. Le pseudonyme peut être intéressant si on porte un nom civil très commun, tel Jean Dupont, qui risque de passer inaperçu… Ou si on porte un nom difficile à porter ou à prononcer.
Mais l’utilisation de pseudonymes peut être à double tranchant.
D’une part, que se passe-t-il si le livre a du succès ? Est-ce à ce moment-là qu’il faut sortir du bois et assumer sa véritable identité ? Est-ce que cela ne paraitrait pas trop opportuniste ? Cette situation me fait penser à un téléfilm que j’avais vu un jour, qui s’appelait La double vie de Jeanne, avec Catherine Jacob. La protagoniste avait si peu confiance en elle qu’elle avait déposé son manuscrit signé d’un pseudonyme sur le bureau d’une maison d’édition. Or, le livre avait été publié et est devenu un best seller. La maison d’édition s’était mise en quête de l’auteure, et la protagoniste avait eu bien du mal à prouver qu’elle était l’auteure du manuscrit… Voilà pourquoi il faut toujours garder toutes les traces de son travail d’écriture !
D’autre part, l’utilisation d’un pseudonyme peut être sujette à plusieurs interprétations : l’auteur a-t-il quelque chose de particulier à cacher ? Pourquoi veut-il maintenir son public à distance ? Mais alors, comment réellement le connaître ? Cela peut susciter la méfiance: à qui a-t-on réellement affaire ?
Dans tous les cas, je pense qu’il vaut donc mieux assumer. Ma première maison d’édition m’avait demandé, dans le contrat de publication, si j’utilisais un pseudonyme, mais je n’en voyais pas l’intérêt. Je ne me suis jamais réellement posé cette question, en fait. J’assume totalement mon nom ! Je n’ai rien de particulier à cacher. Comme je le disais la semaine dernière, pour moi, publier c’est se révéler, et non se cacher. Je trouve donc l’utilisation d’un pseudonyme contradictoire avec l’idée même de la publication.
Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ! A très vite pour de nouvelles aventures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *