« La dernière plume », ou la fantastique imagination de Vincent Carrue

*PUB*
Quatre. C’est le nombre de jours que je m’étais fixés pour lire « La dernière plume » de Vincent Carrue. En effet, j’avais commencé à lire cet ouvrage deux fois, mais à chaque fois, je le laissais de côté pour en commencer un autre… Cette fois-ci, c’est la bonne ! Après avoir (re)commencé le roman lundi, je l’ai achevé ce jeudi, après avoir lu une cinquantaine de pages par jour. Voici donc mon analyse.
Pour commencer, je pense que l’illustration aurait pu être davantage être mise en valeur. J’ai trouvé dommage que le dessin n’occupe qu’une petite partie de la couverture: si elle avait pris toute la jaquette, elle aurait davantage rendu hommage au contenu du livre et à son style. En effet, je ne peux que saluer l’imagination de l’auteur, qui est parvenu à créer un univers fantastique très riche. Mais laissez-moi vous présenter le synopsis.
Dans « La dernière plume », Eugénie, Matthieu et Ulysse, trois adolescents, se perdent dans la forêt lors d’une nuit enneigée. Alors qu’ils sont perclus de froid, ils sont « récupérés » par deux humanoïdes ailés qui vont les emmener dans les cieux vers la Grande bibliothèque du savoir… Les protagonistes vont s’engager dans toute une quête initiatique pour regagner leur monde. Dans leur aventure au sein du Vrai-Royaume, ils rencontreront les Lugubres, les Thaumaturges, les Hommes-Chevaux…
Il s’agit donc d’un livre fantastique, je dirais même mystique: les énigmes et les mystères sont nombreux. Parfois un peu trop à mon goût, d’où ma frustration par moments. J’ai trouvé certaines explications un peu rapides, et d’autres passages un peu trop lents.
Globalement, je dirais que c’est un livre dense, à l’imaginaire fertile, idéal pour s’évader. Le potentiel de l’histoire n’est d’ailleurs qu’esquissé, puisqu’il ne s’agit que du début de la saga « Livre du savoir », qui compte à ce jour quatre autres épisodes.
Vincent Carrue est aussi l’auteur de « Dimitri », un livre de science-fiction.

Laisser un commentaire