Chronique littéraire: « La croisade des Carpates » de Vanessa et Diana Callico

Chronique littéraire ! Aujourd’hui, on va évoquer La croisade des Carpates de Diana et Vanessa Callico. Mère et fille, elles sont respectivement directrice artistique et gérante de la maison d’édition Le Héron d’argent. La Croisade des Carpates est le premier tome de la saga Les sept portes de l’apocalypse.
Que raconte ce livre ? Cet ouvrage met en scène Eva, une étudiante qui prépare une thèse sur le thème de l’apocalypse. Et la réalité va dépasser ses études, puisqu’un cataclysme va frapper le monde. Elle va alors être plongée dans le passé, à la fin du Moyen-Age. Elle se retrouve en 1462, dans la peau de la fiancée de Vlad Drakul, le prince de Valachie (région de la Roumanie) également connu sous le nom de Vlad l’Empaleur, cruel et sanguinaire souverain qui a inspiré à Bram Stoker le personnage de Dracula (nous y reviendrons).
Dès le départ, j’ai été séduit par le titre de ce livre. En voyant La Croisade des Carpates, j’ai tout de suite imaginé un récit très ambitieux et très sérieux, à l’ambiance grandiose. L’illustration de couverture a confirmé mon impression: très soignée, elle met en scène le couple de protagonistes de l’histoire, Eva et Vlad Drakul. En arrière plan, les couleurs brunâtres, le bâtiment médiéval et l’aigle correspondent à des éléments clé du récit qui nous plongent immédiatement dans l’ambiance de La croisade des Carpates avant même de l’avoir lue !
Autre bon point de La croisade des Carpates : le livre a le bon goût de combiner deux de mes passions: l’histoire et le fantastique. En effet, c’est avec plaisir que j’ai redécouvert la période suivant immédiatement la prise de Constantinople par les Turcs et la fin de l’empire byzantin. En 1462, les Turcs de l’empire ottoman sont entrés en Europe. Le livre relate l’invasion de la Valachie, cette région de la Roumanie située près de la chaîne montagneuse des Carpates et gouvernée par Vlad Drakul, par le sultan Mehmed II le Conquérant.
Le livre est très documenté : chaque chapitre est riche d’informations historiques et culturelles. En mettant en scène la conquête de l’Europe par les Turcs, La croisade des Carpates met en avant la rencontre, je dirais même le choc, entre les civilisations musulmane et chrétienne. On en apprend donc beaucoup sur les traditions et la hiérarchie des deux religions, et sur les pouvoirs politiques en place à l’époque. Et si vous croyiez que les auteures allaient se contenter de nous proposer une énième histoire de vampires avec une nouvelle version de Dracula, détrompez-vous : leur travail n’a rien à voir. Elles ont ici fait le choix intelligent de mettre en scène le vrai Vlad Drakul, dans le contexte historique et politique que ce souverain à la légende noire a connu. Idem pour Mehmed II. Je n’hésiterais donc pas à dire que c’est un livre d’histoire. On sent qu’il y a eu beaucoup de travail de recherche de la part des deux auteures.
La Croisade des Carpates n’est pas avare en fantastique. Mais ici, les éléments fantastiques ne sont pas choisis au hasard. Ils reposent sur des interprétations et des développements du récit de L’Apocalypse selon Saint-Jean, le dernier livre du Nouveau testament. Là encore, le travail de documentation est très appréciable. Le côté fantastique de ce livre, c’est aussi, bien évidemment, le thème du voyage dans le temps, fil rouge du livre. Est également abordée la réincarnation.
L’ambiance du récit est globalement assez sombre -apocalypse oblige- et je le conseillerais plutôt à partir de 14-15 ans.
Voilà pour cette chronique littéraire. Je n’aurais qu’un seul mot à destination des auteures : bravo ! Ce livre est passionnant et c’est du très bon travail. A noter que La Croisade des Carpates n’est que le premier tome d’une trilogie. Suit le deuxième, Le Graal de l’inframonde, et le troisième, L’Arche du Ragnarok. J’ai hâte de lire la suite des aventures d’Eva ! Ces ouvrages feront évidemment l’objet de nouvelles chroniques littéraires très prochainement.
Soyez heureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *